Alcine : portrait

Revenons un peu à la fée Alcine afin de lui tirer son portrait. Pour rappel, vous le trouverez, en compagnie de bien d’autres, dans le lexique présent dans L’Amour selon les fées.

Ce personnage naît au XVIe siècle dans l’œuvre de l’Arioste intitulée Roland furieux. Héritière, comme Armide dont elle sera l’inspiratrice, des caractéristiques de la magicienne Circé, Alcine est dotée du pouvoir de métamorphose. L’Arioste, en plus de ses sources antiques, reprend dans cette épopée héroïque de nombreux ingrédients du Roland amoureux de Boiardo et c’est un épisode de cette œuvre qui servira de base à la construction d’Alcine. Fée très puissante, elle transforme ainsi ses anciens amants en plantes pour les garder sur ses terres. Elle est douée d’une grande beauté et d’un immense pouvoir de séduction. Elle connaît une grande passion avec Roger, chevalier sarrasin, qui en la voyant, en oublie Bradamante. Seule l’aide de la magicienne Mélisse, qui lui donne un anneau magique possédant le pouvoir de déjouer les illusions, permettra au chevalier de voir le vrai visage de cette amante irrésistible. Elle est en effet une vieille femme hideuse, son physique reflétant enfin la laideur de son âme. Roger prend la fuite et finira par oublier Alcine, qui disparaît alors du récit : la fée, reine d’illusion, n’était qu’image qui finit par s’évaporer comme un mauvais rêve…

Publicités
Cet article, publié dans Portrait de fées, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s