Une figure incontournable : la fée marraine

Pour les semaines à venir, intéressons-nous à une fée incontournable…

Elle est peut-être la figure de la fée la plus connue, elle qui se penche sur le berceau des nouveaux nés afin de leur distribuer des dons. Elle ? Mais la fée marraine ! Pourtant, loin de l’image bienveillante que l’on a souvent, les marraines peuvent se révéler également capricieuses et vengeresses.

Le personnage de la méchante marraine trouve ses racines au Moyen Âge, parallèlement à celui de la fameuse bonne marraine. À la naissance d’un enfant, les croyances populaires disent que les fées, généralement au nombre de trois comme les déesses de la destinée de la mythologie, les Moires et les Parques, rendent visite à la famille du nouveau-né afin de distribuer des dons. En remerciement, la famille les invite à leur table, leur offrant des mets délicats. C’est la célèbre scène du « repas des fées ». Cependant, le repas peut mal tourner : il arrive qu’à la suite d’une vexation quelconque, les bonnes fées se transforment en mauvaises fées, et que les dons pourvus soient loin d’être des cadeaux…

Qui retrouve-t-on sous cette diabolique apparence ?

Au XIIIe siècle, dans la chanson de geste Les Prouesses et fait du noble Huon de Bordeaux, Obéron, le roi des Elfes, explique à Huon qu’il doit son étrange aspect physique à une fée en colère qui lui jeta un sort le jour de son baptême.
« Lors de ma naissance la joie éclata. On invita tous les chevaliers du royaume, et les fées vinrent rendre visite à ma mère ; l’une d’elles ne fut pas satisfaite de l’accueil qu’elle avait reçu, et elle me donna le don que vous pouvez contempler : je serai un petit nain bossu, et c’est ce que je suis, pour mon malheur. Au-delà de trois ans, j’ai cessé de grandir.
Lorsqu’elle vit le destin qu’elle m’avait fixé, elle voulut remédier un peu au sort qu’elle m’avait jeté, et m’accorda un autre don : après Dieu, je serai l’être le plus beau, et je le suis, comme vous pouvez le constater, puisque ma beauté égale celle du soleil d’été. »

Dans le Jeu de la Feuillée d’Adam de la Halle, la fée Maglore s’irrite de ne pas trouver comme ses consœurs, Morgue et Arsile, un beau couteau auprès de son assiette et se venge sur ceux qui ont mis la table en rechignant à jouer le jeu des dons.

Enfin, dans Le Roman de Perceforest, rédigé dans la première partie du XIVe siècle, est contée l’histoire d’amour de Troïlus et Zelandine. Zelandine se retrouve plongée dans un profond sommeil. Il est dit que ce malheur serait le résultat d’un sort jeté en vengeance d’une possible erreur commise lors des rites qui accompagnaient sa naissance. Les fées sont ici dénommées « déesses , mais elles jouent très exactement le même rôle que nos Moires et Parques et sont au nombre de trois. Elles sont nommées Lucine, Venus et Sarra, puis plus tard dans le récit Lucida, Thémis et Venus. Elles assistent à l’accouchement de la mère de Zélandine puis partagent un repas en guise de remerciement de leur assistance. L’une, Thémis, « malheureusement n’eut point de couteau, parce qu’il était tombé sous la table ». La déesse en conçoit un affront qui la pousse à jeter un mauvais sort sur le destin de Zelandine. Il ya donc dès ce conte, les prémices du personnage de Carabosse, la mauvaise fée vengeresse de La Belle au bois dormant.

Dès le Moyen Âge se dessine une ambivalence chez nos célèbres fées marraines : si la triade est attendue avec espoir autour du berceau, cette attente se double souvent d’une crainte devant la susceptibilité potentielle de ces maîtresses de la destinée du nouveau-né.

Rendez-vous la semaine prochaine pour un bon en avant de quelques siècles…

Publicités
Cet article, publié dans Moyen Âge, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s