Le Roland furieux

Retournons cette semaine au XVIe siècle pour parler d’une oeuvre singulière : le Roland furieux, de L’Arioste.

Ecrit au début de ce siècle, le Roland furieux est un long poème héroï-comique en 46 chants et 38 736 vers qui se présente comme la suite du Roland amoureux de Mateo Maria Boiardo rédigé au XVe siècle. Œuvre démesurée dans laquelle l’auteur s’amuse à passer en revue tous les registres, du tragique au burlesque, le Roland furieux entremêle un très grands nombre d’actions et de personnages allant des chevaliers aux fées. Comme dans les romans arthuriens, le merveilleux y est présent et les héros se trouvent régulièrement aux prises avec deux univers : la société humaine et un autre monde, gouverné par des personnages féeriques.
Trois fées aux caractéristiques très diverses jouent un rôle important dans cette œuvre : Alcine, Mélisse et Logistille. Si chacune d’elle est inédite en littérature et possède une personnalité propre, L’Arioste s’amuse à construire ses personnages à partir de souvenirs littéraires. Ainsi les fées du Roland furieux sont pétries de références féeriques antiques et médiévales.

Publicités
Cet article, publié dans XVIe siècle, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s