Et les fées dans tout ça ?

De leurs mères grecques et romaines, les fées vont hériter de la puissance sur le cours de la vie des mortels, et certaines d’entre elles seront décrites comme maîtresses dans l’art du filage. Les célèbres fées marraines pourvoyeuses de dons que l’on retrouvera aussi bien dans Cendrillon que dans d’autres histoires qui ont bercé l’imaginaire collectif trouvent leurs racines chez ces implacables déesses.


Odilon Redon, Les Trois Parques

En lien direct avec ces origines mythologiques, une autre caractéristique importante de la fée se dégage : celle du pouvoir de création d’une histoire, d’une fiction.
Si le fil est une métaphore de la vie d’un mortel, il devient aussi dans les œuvres la métaphore de l’histoire d’un personnage. Quand, dans une œuvre une fée décide du sort du héros, elle préside, comme l’auteur, à la création de l’intrigue.

Publicités
Cet article, publié dans Antiquité, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s