La fée, créature aux multiples visages…

Avant de nous plonger dans ce monde féerique, rien ne vaut une petite présentation des propriétaires. Car qu’est-ce qu’une fée, exactement ? D’emblée, de nos jours, on pense à une petite créature dotée d’ailes, gentille, un brin malicieuse mais toujours inoffensive… Mais est-ce toujours le cas ?
Françoise Spiess nous propose quelques éléments de réponse, tout droit tirés de la préface du Guide des Fées.
Bon voyage au pays des fées !

Lire la suite

Publié dans Autour des livres | Tagué , | 1 commentaire

Un film sur les contes de fée

Agnès Jaoui s’apprête à réaliser son quatrième long-métrage, une variation sur le thème du conte de fées, à travers plusieurs histoires croisées.  Intitulé Au bout du conte, il mettra en scène Jean-Pierre Bacri, Arthur Dupont, Valérie Crouzet, Agathe Bonitzer ou encore Clément Roussier.

Pas de date de sortie n’est encore annoncée mais le tournage devrait débuter courant mars.

(Source : Allociné)

Publié dans Film | Tagué , , | Laisser un commentaire

Mano Solo – Les fées

Autre artiste, autre genre mais le même sujet : les fées.

Publié dans Chansons | Tagué , , | Laisser un commentaire

Debussy – Les Fées sont d’exquises danseuses

Pour poursuivre ce voyage musical au pays des fées, rien de tel qu’un petit morceau de musique classique…

Publié dans Chansons | Tagué , , | Laisser un commentaire

Accessoires de fée – 5

Les fées aussi  adorent les fleurs. Mais contrairement aux humains, elles ne se contentent pas de les mettre en vase ou de les faire pousser dans leur jardin.

Fleurs : Instruments de ravissement. Leurs tiges peuvent servir de liens pour attacher un homme, comme celles utilisées par Armide (lys, rose…) pour immobiliser Renaud afin de l’enlever et l’emporter sur une île, retraite de leur amour. Ne pas se fier au caractère a priori inoffensif de ces tiges végétales : la magie d’Armide opère et voici le chevalier fait « prisonnier » grâce à ces « chaînes » redoutables. elles sont une variante bucolique des authentiques chaînes utilisées par la fée du Désert* pour attacher à un rocher le jeune roi des mines d’or dont elle s’est éprise, espérant ainsi lui faire oublier sa belle (!).

Publié dans Accessoires de fée | Tagué , , | Laisser un commentaire

[Poème] Fées fatales

Petite pause dans la présentation des fées emblématiques du Moyen Âge avec  un poème datant du XIXe siècle, portant sur ces fameuses fées fatales. Il est signé Jean Lorrain.

Leurs yeux troublants d’aigue-marine
Ont le languide attrait des flots.
Les lys en feu de leur poitrine
Sèment la guerre et les sanglots.

Leur lèvre est rouge et leurs fronts pâles ;
Et, sous le hennin couleur ciel,
Leurs cheveux roux, semés d’opales,
Bondissent en flots d’hydromel.

Les Héroïnes sont farouches.
Il faut des meurtres et des morts
Pour atteindre au miel de leurs bouches.
Leurs lents baisers sont des remords.

Les batailles, les épopées,
Les trahisons, les vains serments,
Mieux qu’au clair fracas des épées,
Revivent dans leurs noms charmants.

Mélusine, Yseulte, Genèvre,
Triste comme un appel de cor,
Leur nom baise et meurtrit la lèvre…
Qui l’a dit le redit encor ;
[…] La tunique entr’ouverte aux hanches,
L’or des cheveux en fusion,
Les sveltes reines aux mains blanches
Surgissent, lente vision.

La clarté du songe les baigne,
Allumant en humide éclair
Les perles rondes de leur peigne
Et les tons nacrés de leur chair ;

Et, dans les feuilles trilobées
Des chardons bleus et des lys d’or,
Des reines au temps dérobées

J. Lorrain, « Les Héroïnes », L’Ombre ardente.

Publié dans Moyen Âge | Tagué , , | Laisser un commentaire

Viviane : portrait

Pour aller un peu plus loin dans l’exploration de la fée Viviane, voici un rapide portrait.

Célèbre fée des récits médiévaux liés à la matière de Bretagne. Viviane est une fée complexe à deux visages, l’un maléfique et l’autre bénéfique. Elle est à la fois la dangereuse amie de Merlin et la « Dame du lac », mère adoptive de Lancelot. Ces deux personnages, distincts au départ, ont fini par fusionner en un seul. Initialement, elle n’a pas le caractère érotique attaché traditionnellement aux fées. Dans les premiers récits (comme le Merlin Huth), elle est appelée Ninienne ou Niviène. Elle apparaît alors comme la « Demoiselle Chasseresse », divinité sylvestre liée au souvenir de la chaste Diane antique. Viviane partage avec elle l’obsession de la virginité. Merlin tombe fou amoureux d’elle et elle lui promet son amour en échange de tout son savoir.
Dans la Suite-Vulgate, elle le manipule et finit par apprendre de lui le moyen de l’enfermer dans une prison d’air pour toujours. Dans une autre version, Viviane trace des signes magiques sur les cuisses de Merlin de manière à ce qu’il se réveille chaque fois en pensant avoir couché avec elle. Au XIXe siècle, sous la plume de Jean Lorrain (dans
Viviane : conte en un acte), elle cesse d’être chaste et devient une courtisane aux « viles amours », honnie par la Table ronde. Elle utilise le « charme d’Endor » que Myrdhinn (Merlin) lui a appris et l’endort pour toujours grâce à cette danse fatale. Au Moyen Âge, Viviane est aussi la « Dame du lac », maternelle et bienveillante. Elle enlève Lancelot enfant et le conduit dans son monde subaquatique. elle l’élève, fait de lui un preux chevalier, le rendant digne de la Table ronde et de l’amour de la reine Guenièvre. Elle incarne alors les valeurs chevaleresques et combat la mauvaise fée Morgane*.

Publié dans Moyen Âge, Portrait de fées | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Accessoires de fée – 4

Passons maintenant à un accessoire de fées beaucoup plus encombrant mais toujours aussi indispensable : le jardin.

Jardin : Petite forêt domestiquée. Complément indispensable à l’habitat de la fée, le jardin est généralement un lieu au charme exceptionnel. Véritable locus amoenus, il est souvent le cadre idéal pour succomber à l’amour, comme dans le Roland furieux. Il peut aussi être un véritable jardin de roi, comme dans Tendrebrun et Constance, où se dresse un labyrinthe orné de statues d’ivoire. Reflet des pouvoirs de la fée, le jardin possède des caractéristiques magiques, comme celui de la Fée aux Miettes, plongé dans un printemps éternel. Souvent proche d’un jardin des délices, le jardin est une invitation au plaisir.Aainsi celui de la fée Lysidice, dans Carabosse, se nomme le « jardin de joie » et recèle tous les bonheurs potentiels et ressemble à un nouvel éden.

Publié dans Accessoires de fée | Tagué , , | Laisser un commentaire